Projet Taara : L'internet haut débit par laser, c'est possible
Projet Taara : L'internet haut débit par laser, c'est possible

Google s’intéresse aux communications optiques en espace libre pour connecter plus facilement des régions. L’entreprise se félicite d’un essai en Afrique, entre deux villes.

Le projet Taara a commencé son développement en tant que solution pour le projet Loon. Le système utilise des boîtiers laser qui envoient et reçoivent des faisceaux lumineux pour transmettre des données sur de longues distances. La vérité est que la technologie en tant que telle n’est pas si nouvelle, mais c’est l’une des premières fois qu’elle a été appliquée pour la connectivité Internet.

Essentiellement fonctionne comme la fibre optique, envoyant des informations à travers la lumière, mais dans ce cas, le déploiement est plus facile et moins cher ne pas avoir à poser de câble physique. C’est une technologie qui a également été proposée pour une utilisation dans l’espace lors de la connexion et de l’envoi de grandes quantités de données. Starlink est en fait l’un de ceux qui veulent faire cela, il y a aussi des rumeurs de quelque chose de Facebook.

L’impact de ce nouveau projet étant déjà remarquable, sachez qu’il a transmis plus de 700 To de données à travers le fleuve Congo, le deuxième plus long fleuve d’Afrique.

Avec Taara, Alphabet souhaite s’adresser en priorité aux pays les moins bien équipés en télécoms. L’objectif du projet : éviter de passer par la voie terrestre pour fournir une connexion aux habitants des zones reculées. Ce type de liaison est un moyen rentable et rapide à mettre en œuvre pour apporter un accès Internet haut débit dans les régions éloignées, notamment sur le continent africain. Une série de projets pilotes a déjà été menée au Kenya. Le pays devrait d’ailleurs être le premier à pouvoir bénéficier de cette technologie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.